Théorie de lefficacité du marché et négociation. Efficiency of the categorization of the public procurement contracts

théorie de lefficacité du marché et négociation

Le financement des expériences a été réalisé grâce au soutien de la Région Rhône- Alpes. Outre les cas de monopoles naturels liés à l' existence d'économies d'échelle, la création de produits nouveaux sur le marché des biens finaux place, au moins de manière transitoire, l'entreprise qui a l'exclusivité de leur production en situation de monopole.

Navigation principale

Par ailleurs, sur le marché des biens intermédiaires, la spécificité, fréquente, de ces biens, place souvent les fournisseurs et leurs clients dans une relation de monopole bilatéral. Ainsi, lorsque l'on analyse la chaîne de marchés verticalement liés le long d'une filière de production, il est courant de trouver des marchés non concurrentiels dont le fonctionnement génère des pertes en efficacité pour toute la filière jusqu'au marché final.

Pour les entreprises de la filière, ces pertes en efficacité sont une incitation à l'intégration verticale. Du point de vue du régulateur public, l'intégration verticale est alors ici souhaitable car elle permet une diminution des prix sur le marché final et un accroissement du surplus des consommateurs. L'objet de cet article est d'évaluer l'efficacité relative de ces structures industrielles.

Il est nécessaire pour cela d'analyser les relations s'établissant le long d'une filière de production, qui peut aller du produit primaire jusqu'au bien théorie de lefficacité du marché et négociation acheté par le consommateur. On s'intéressera plus précisément ici à une structure verticale formée par une entreprise, que nous appelons vendeur, qui vend un produit, dont elle a l'exclusivité, à une entreprise intermédiaire unique, que nous appelons intermédiaire, qui transforme ce produit.

L'intermédiaire est lui-même en situation de monopole sur le marché final, face à des acheteurs suffisamment nombreux pour qu'on puisse les considérer comme étant en concurrence entre eux.

On a donc affaire ici à la combinaison d'un monopole bilatéral sur le marché intermédiaire et d'un monopole sur le marché final. Double marginalisation et monopole bilatéral La pluralité des solutions théoriques met en évidence le caractère crucial des hypothèses qui sont à la base de la modélisation de la négociation. Trois questions apparaissent si l'on veut spécifier le jeu auquel on peut avoir affaire ici : i la première a trait à la nature des informations dont disposent les agents ; ii la seconde question concerne l'ordre des actions des agents ; iii la troisième la stratégie doption la plus précise les comportements des agents dans une telle structure notamment l'importance de leur altruisme, leur habileté de négociateurs mais aussi de la représentation subjective qu'ils se font du contexte dans lequel ils se trouvent placés perspective de long terme avec renouvellement éventuel des mêmes opérations, possibilités d'activités alternatives, contestabilité des marchés, capacité des acteurs à comprendre la nature des enjeux de la négociation On voit donc la diversité des modèles théoriques possibles pour rendre compte d'une telle structure.

La théorie de la double marginalisation représente le problème sous la forme d'un jeu dans lequel le vendeur ou l'intermédiaire est leader au sens de Stackelberg. Il s'agit d'un jeu dynamique à information parfaite dans lequel le leader fixe son prix en premier et où le suiveur détermine la quantité qu'il met sur le marché en maximisant son profit compte tenu du prix du vendeur et de la demande finale.

La théorie du monopole bilatéral, quant à elle, centre l' analyse sur la négociation entre le vendeur et l'intermédiaire en restreignant les choix possibles aux situations Pareto-optimales courbe des contrats.

Derniers numéros

La théorie de la pentium hypertradé marginalisation" SpenglerTiroleMilgrom et Roberts est ainsi théorie de lefficacité du marché et négociation parce que la courbe de recette marginale de l'entreprise vendeur est en dessous de la courbe de recette marginale de l'entreprise intermédiaire. Elle conduit à la conclusion, énoncée principalement à destination des tribunaux chargés d'instruire les affaires de pratiques anticoncurrentielles : "Qu'y a-t-il de pire qu'un monopole?

Une chaîne de monopoles ".

aperçu des types de revenus Internet plateforme professionnelle pour les options binaires

Elle invite donc à considérer de manière radicalement différente les phénomènes de concentration verticale et horizontale. Les conclusions sont moins nettes s'il existe véritablement une négociation dans le monopole bilatéral.

options binaires folles pour tactiques comment gagner de largent autrement avec blockcan

En effet, dans ce cas, il n'est en général pas possible de séparer le problème de la détermination des quantités vendues sur le marché final, qui détermine le surplus total à partager entre le vendeur et l'intermédiaire, et le problème de la négociation entre ces deux protagonistes, qui détermine les termes du partage du surplus total.

L'antagonisme des intérêts des deux agents dans la sélection d'une solution parmi toutes les solutions possibles peut même conduire à l'incapacité de parvenir à un accord.

Il existe en effet des modalités diverses quant à la résolution de 1 ' indétermination de 1 ' accord sur le monopole bilatéral. Ainsi, la solution de Nash 1 permet de déterminer un équilibre dans le cadre d'une démarche axiomatique.

Le modèle de Rubinstein repose quant à lui sur une analyse des stratégies des négociateurs 1. En introduisant un coût lié au temps de la négociation, ce modèle fournit une solution dépendant des taux d'actualisation des deux partenaires placés devant l'éventualité d'un jeu répété à l'infini, dans le cadre d'une analyse en termes de comportements stratégiques des agents.

L'intérêt de la méthode expérimentale La méthode proposée dans cet article est basée sur l'expérimentation en laboratoire, les participants aux expériences étant des étudiants rémunérés proportionnellement au gain individuel obtenu au cours de l'expérience.

Group menus

Le modèle qui a servi de référence est celui de la double marginalisation, le vendeur étant en situation de leader. Expérimentalement, cela se traduit par le fait que c'est le vendeur qui fait des propositions de prix. En revanche, la méthode expérimentale ne fait aucune hypothèse sur les comportements individuels, chaque sujet étant libre d'agir à sa guise dans une situation où il lui est seulement indiqué qu'il a la possibilité de "gagner de l'argent".

En outre, l'information des sujets n'est pas complète puisqu'ils ne disposent pas des données concernant les fonctions de coût de leur interlocuteur et la fonction de demande des consommateurs. La procédure des doubles enchères fait que leur connaissance de leur situation progresse au cours de l'expérience à la suite des réponses des autres agents aux propositions faites par chacun d'entre eux.

Eléments pour une théorie de la négociation collective

Contrairement aux hypothèses du modèle de la double marginalisation, qui est un modèle statique, les échanges ont lieu sans que les prix d'équilibre soient atteints. On peut donc s'attendre à ce que la procédure suivie possède d'autres caractéristiques que celle de la double marginalisation, notamment parce que des éléments de négociation peuvent y trouver une place, mais aussi parce que l'existence d'échanges hors de l'équilibre peut favoriser la discrimination entre les consommateurs finaux et rendre le monopole plus efficace que ne le veut la théorie statique du monopole.

option vanille et option binaire bonus dans les centres de distribution

C'est pourquoi nous avons choisi de comparer les résultats obtenus par l'expérimentation, non seulement à ceux que fournit la théorie de la double marginalisation, mais également à ceux qui sont issus de la théorie du monopole bilatéral. Dans une première partie, nous présenterons les résultats que prévoit la théorie économique, en matière d'efficacité d'une chaîne de monopoles. Nous présenterons en deuxième partie l'expérience réalisée, le protocole et les paramètres retenus puis dans une troisième bitcoin obtenir des pièces les résultats obtenus.

Il sera ensuite possible, en quatrième partie, de comparer ces résultats avec ceux que prévoient les différentes théorisations possibles du problème et enfin d'en dégager les conclusions. Analyse théorique des chaînes de monopole : les résultats à tester La double marginalisation La structure figure 1 que nous étudions est constituée d'un vendeur unique "vendeur" qui vend des unités d'un produit intermédiaire à un acheteur unique "intermédiaire".

L'intermédiaire transforme les unités du produit qu'il achète en unités d'un produit final qu'il vend, en tant que monopoleur, à des acheteurs qui se font concurrence "acheteurs".

beaucoup dargent où gagner de largent option incendie

Figure 1 : structure de marché étudiée Figure 1 : structure de marché étudiée Dans la théorie de la double marginalisation, si le vendeur, qui se trouve à l'amont de la chaîne, est leader, il fixe le prix de vente du bien intermédiaire qui devient une donnée pour l'entreprise intermédiaire. La connaissance par le vendeur de la fonction de demande finale et de la fonction de production de l'intermédiaire lui permet de calculer le prix unitaire auquel il doit vendre le produit pour maximiser son surplus.

Cette quantité est telle que son coût marginal, supposé ici égal kp, soit égal à sa recette marginale Rm q sur le marché final inférieure au prix de vente du fait de sa situation de monopole. Cette double marginalisation a pour conséquence que la quantité vendue par la chaîne de monopoles est inférieure à celle qui serait vendue par un monopole qui résulterait théorie de lefficacité du marché et négociation la fusion des deux entreprises, cette quantité étant elle-même inférieure à celle que vendrait une entreprise qui tariferait au coût marginal cas d'une entreprise preneuse de prix ou d'une entreprise publique soumise par convention à une contrainte de ce type.

Navigation

De manière synthétique, on peut résumer les résultats du modèle de la double marginalisation en deux propositions : Proposition 1 : le profit joint de la chaîne de monopoles est inférieur à celui qu'on obtiendrait avec le monopole unique résultant de la fusion des deux entreprises. Proposition 2 : le surplus collectif c'est-à-dire, ici, la somme du profit des entreprises et du surplus des consommateurs est inférieur dans le cas d'une chaîne de monopoles à celui qui serait obtenu avec un monopole couvrant toutes les activités de la chaîne.

Ce résultat repose sur les hypothèses classiques d'un jeu dynamique à information parfaite conduisant, dans ce cas, à une solution qui théorie de lefficacité du marché et négociation pas Pareto-optimale, contrairement à ce qui peut se, passer dans le cas d'une négociation entre le vendeur et l'intermédiaire monopole bilatéral.

La négociation dans le monopole bilatéral Le développement de la théorie du monopole bilatéral 2 s'est organisé autour de la question de l'indétermination du prix au sein de cette structure de marché.

Services on Demand

Sous condition d'un échange mutuellement profitable pour les parties, il existe en effet une multitude de contrats Pareto-optimaux qui sont préférés par les deux agents à une absence d'échange. Cet ensemble des contrats constitue la classique "courbe des contrats".

argent facile à faire des idées où est la bordure de loption

L'antagonisme des intérêts respectifs des deux agents dans la sélection d'un contrat unique sur la courbe des contrats peut conduire à des situations d'impasse dans la négociation. On désigne par impasse une situation dans laquelle chaque agent refuse d'opérer une concession sur la base de sa proposition en cours sachant que cette dernière est incompatible avec celle de son cocontractant.

L'impasse peut déboucher sur une issue n'appartenant pas à la courbe du contrat, voire à une absence d'échange.

Plus sur le sujet